Me relâcher ? Je n'ai pas le temps ...

La qualité avant la quantité.

Le temps nécessaire à se détendre est souvent un obstacle dans l'esprit des personnes que je rencontre : nous avons tous un emploi du temps si chargé qu'il est difficile de s'accorder du temps pour soi.

 

La durée n'est pas le plus important

Pourtant, avec quelques  techniques de bases assimilées, le relâchement est très rapide.

Quelques minutes suffisent.

Se placer sur un siège, en conscience de la position du corps, de sa respiration et de ses ressentis,  il  n'en faut pas plus pour permettre au niveau de tension de baisser.

La concentration  : c'est la clé.

Ce qui compte : nous accorder totalement  ces quelques minutes, être pleinement  présents pendant ce court instant.

Maintenir son attention sur son corps, sur sa respiration, sur ses ressentis tout au long de cette pause.

Ne pas laisser son esprit vagabonder dans le passé ou dans le futur : être réellement "ici et maintenant".

Un apprentissage

C'est d'autant moins simple que nous avons de plus en plus de sollicitations en tout genre qui peuvent nous détourner de notre démarche.

Les changements de comportement sont quelquefois difficiles il faut persévérer et s'entraîner de façon brève mais répétée.

Jusqu'à ce que le corps ait mémorisé les étapes du relâchement et qu'il les parcourt automatiquement.

 

Attente = détente

Une fois cette mémoire corporelle acquise chaque moment d'attente (avant une consultation, à la caisse d'un magasin, en voiture à un feu rouge ,...) devient une occasion de se détendre avant de continuer sa journée.

Pause récupération

 C'est à cette découverte que je vous invite à Castanet-Tolosan.

Prendre une pause en cours de journée et utiliser vos outils personnels de détente et de bien- être, je suis sûre qu'après vous aurez envie d'en savoir plus grâce à la Sophrologie.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0