l'antigymnastique de Thérèse Bertherat

Thérèse Bertherat je la "connais" depuis très longtemps, j'ai trouvé un livre un jour, par hasard, "Les saisons du corps "et c'est elle qui m'a fait comprendre les liens entre le corps et le mental. Je ne pratiquais pas encore la sophrologie !

J'ai acheté ensuite d'autres livres dont "Le repaire du tigre" et j'ai même pensé à me former à l'antigymnastique mais ce n'était pas le moment.

 

Il existe maintenant d'autres livres avec cd ou sans, et un site que je vous invite à aller voir.

L'antigymnastique c'est un ensemble de mouvements qui fait travailler les muscles en les allongeant alors que la plupart des exercices de gymnastique tendent à les raccourcir. Ils utilisent des balles, un tapis de sol et se font en douceur mais en profondeur.

 

J'ai la chance de pouvoir suivre près d'Ayguesvives un cours qui répond à ces critères tout en apportant d'autres choses encore et j'ai donc laissé de côté l'antigymnastique : il faut bien faire un choix.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Jacqueline (lundi, 16 décembre 2013 13:53)

    "j’ai fait une plongée dans le passé quand j’ai vu ta pub pour l’antigymnastique de T. Bertherat ; j’ai eu la chance de faire la gym postnatale de ma fille en 1978 (c'est-à-dire hier !)avec une de ses élèves et ai lu ses livres à ce moment là (je viens de les ressortir et tu me donne envie de les relire) ; pour moi cela a été une révélation et depuis j’ai toujours recherché cela dans les cours de « gym ». A l’époque quand j’expliquais à mes amis ou ma famille ce que je faisais, la plupart ricanait, maintenant les idées évoluent.
    J’espère que tu vas avoir des contacts positifs et je te souhaite « bonne route » dans ce nouveau parcours."


  • #2

    icietmaintenant31 (lundi, 16 décembre 2013 14:06)

    Bonjour Jacqueline,
    Merci pour ton message et pour ta visite sur le site.
    Moi aussi la première fois que j'ai parlé d'antigymnastique j'ai vu des réactions du genre de celles que tu évoques.
    Nous avons cela en commun. A bientôt
    Odile